Études économiques
Paraguay

Paraguay

Population 7,4 millions
PIB par habitant 5 279 $US
B
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 (e) 2023 (f)
Croissance PIB (%) -0,8 4,1 -0,5 4,5
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,8 4,8 10,0 6,8
Solde public / PIB (%) -6,1 -3,7 -3,5 -2,3
Solde courant / PIB (%) 2,1 -0,3 -2,8 0,5
Dette publique / PIB (%) 33,8 34,6 36,6 34,0

(e) : Estimation (p) : Prévision *Année fiscale 2020 ; de juillet 2019 à juin 2020

POINTS FORTS

  • Secteur agricole bien développé (soja et viande bovine)
  • Ressources hydroélectriques abondantes
  • Politiques fiscales et monétaires prudentes

POINTS FAIBLES

  • Infrastructures médiocres (transport fluvial, routes, lignes électriques)
  • Services de santé et d'éducation défectueux
  • Faibles recettes fiscales (17% du PIB)
  • Dépendance vis-à-vis du secteur agricole et d'une poignée de partenaires commerciaux, notamment le Brésil et l'Argentine
  • Faible gouvernance (corruption et clientélisme)
  • Grand marché informel (40 % du PIB)
  • Vulnérabilité aux conditions climatiques

Appréciation du risque

L'économie sort de la récession

En 2023, la reprise de l'activité devrait être principalement portée par l'agriculture (7 % du PIB de 2021), qui a été fortement affectée en 2022 par une sécheresse sévère, entravant le rendement du secteur (la production de soja s'est effondrée de 60 % sur la récolte 2021-2022). L'amélioration attendue des conditions météorologiques contribuera également à un rebond des transports (grâce à la hausse des niveaux d'eau des rivières) et de la production d'électricité dans les centrales hydroélectriques, favorisant ainsi le secteur des services publics (7 % du PIB). En outre, les tendances susmentionnées devraient également entraîner une hausse des exportations, malgré le refroidissement attendu de l'activité mondiale (y compris chez ses principaux partenaires commerciaux, le Brésil, l'Argentine, le Chili et la Russie, par ordre décroissant) et en supposant un certain fléchissement des prix des produits agricoles de base. Il convient également de noter que le Paraguay ne consomme que 16% de l'énergie qu'il produit ; le reste est exporté vers des pays comme l'Argentine et le Brésil, le Paraguay partageant à parts égales avec ces deux pays respectifs les centrales hydroélectriques de Yacyretá et d'Itaipú sur le fleuve Parana. La consommation des ménages (64 % du PIB) devrait progresser, sous l'impulsion d'un marché du travail plus solide (dans un contexte de reprise de l'activité intérieure) et de l'atténuation progressive des pressions inflationnistes, ces deux forces l'emportant sur le resserrement des conditions de crédit. Toutefois, le durcissement des conditions d'emprunt au niveau mondial devrait se traduire par une croissance tiède des investissements fixes bruts. Les investissements privés et publics devraient être orientés principalement vers l'industrie manufacturière et les infrastructures, respectivement, favorisant ainsi le secteur de la construction. En fait, le gouvernement a essayé d'accroître les partenariats public-privé (PPP), ce qui inclut la mise en œuvre en cours du projet routier Rutas 2 et 7, d'un montant de 520 millions d'USD.

 

Réduction du déficit budgétaire - retour à un excédent de la balance courante

Le budget 2023 estime le déficit budgétaire à 2,3 % du PIB. Cela signifie que la loi sur la responsabilité budgétaire, qui limite le déficit nominal à 1,5 % du PIB, restera suspendue (le déficit ne devrait repasser sous le plafond qu'en 2024). Le déficit budgétaire se réduira principalement en raison du rebond de l'activité, qui favorisera la collecte des impôts. Cela devrait compenser l'augmentation attendue des paiements d'intérêts, dans un contexte de hausse des coûts d'emprunt mondiaux. Il est important de noter qu'en août 2022, environ 87 % de la dette publique était externe. Cela dit, d'ici la fin de l'année 2023, la dette publique brute en pourcentage du PIB diminuera et ne devrait pas dépasser la limite de 40 % du PIB fixée par le cadre budgétaire statutaire.

En ce qui concerne ses comptes extérieurs, la balance courante du Paraguay devrait redevenir excédentaire en 2023, la balance commerciale redevenant positive. En effet, l'amélioration des exportations de produits agricoles et d'énergie devrait dépasser la hausse des importations (dans l'hypothèse d'une certaine détente des prix des produits énergétiques de base entraînant une baisse des dépenses d'achat de carburant à l'étranger). Les exportations de produits agricoles comprennent le soja et la viande, et représentent 55 % des exportations totales, tandis que l'électricité contribue à hauteur de 11 %. En outre, le déficit des services pourrait se réduire légèrement en raison de la baisse des coûts de transport. En revanche, le déficit des revenus primaires devrait se creuser en raison de la hausse des rapatriements de bénéfices par les entreprises étrangères (dans un contexte de reprise de l'activité), tandis que l'excédent des revenus secondaires se réduira, mais restera soutenu par les envois de fonds des expatriés (1,3 % du PIB). L'affaiblissement progressif des marchés du travail dans les principaux pays d'origine des ressources (à savoir l'Espagne et les États-Unis) devrait contribuer à la tendance à la baisse attendue. Enfin, les réserves de change s'élevaient à 8,5 milliards de dollars en septembre 2022, couvrant environ 7 mois d'importations.

 

Le capital politique du pouvoir restera faible alors que le pays se dirige vers des élections générales

Le président Mario Abdo Benítez, chef du parti conservateur Partido Colorado (PC), longtemps dominant, gouverne avec un soutien politique fragile. Sa cote de popularité s'élevait à un maigre 17 % en juillet 2022. Il a survécu à deux tentatives de destitution, la première en 2019 au moment de la découverte d'un accord controversé avec le Brésil sur la centrale hydroélectrique d'Itaipu, et la seconde en 2021, lorsque M. Benítez a été accusé de mauvaise gestion de la réponse Covid-19. En outre, le vice-président Hugo Velázquez a démissionné en août 2022 après avoir été sanctionné par les États-Unis pour "corruption majeure". Dans l'ensemble, le manque de soutien politique de Benítez et les frictions au sein de son parti entraveront probablement l'adoption de projets de loi pertinents au Parlement jusqu'à la fin de son mandat en août 2023. Le gouvernement en place doit renégocier le traité signé avec le Brésil sur la création de la centrale hydroélectrique d'Itaipu. La période de 50 ans pendant laquelle il n'y avait aucune possibilité de changement dans des domaines tels que les tarifs et la commercialisation de l'énergie expirera en août 2023. Actuellement, le Paraguay ne peut vendre au Brésil que l'électricité qu'il n'utilise pas. Il a fait savoir qu'il souhaitait être libre de vendre le surplus soit sur le marché libre brésilien, soit à l'Argentine, à un prix plus élevé.

Par ailleurs, le Paraguay reconnaît Taïwan comme un territoire indépendant et, en septembre 2022, M. Benítez a exhorté la nation insulaire à investir 1 milliard USD dans son pays pour l'aider à résister aux pressions "énormes" visant à transférer la reconnaissance diplomatique à la Chine rivale. Grand exportateur de soja et de bœuf, le Paraguay n'a pas accès au marché chinois en raison de ses relations avec Taipei. Enfin, le Paraguay organisera des élections présidentielles en avril 2023, lors desquelles il renouvellera également les 80 membres de la Chambre basse et les 45 membres du Sénat. Selon les sondages préliminaires de septembre 2022, Santiago Peña, du parti Honor Colorado, est le candidat le mieux placé pour les élections présidentielles de 2023 face à tout candidat issu d'une coalition disparate unie dans son opposition au PC. Il est économiste, ancien membre du conseil d'administration de la Banque centrale du Paraguay et ancien ministre des Finances. En 2018, Santiago Peña a perdu l'élection primaire face au président sortant. La même année, le parti au pouvoir s'est divisé en deux factions. À cette occasion, les partisans de l'ancien et très influent président Horacio Cartes ont fondé le parti Honor Colorado.

 

Dernière mise à jour : Février 2023

Haut de page
  • Nederlands
  • Français
  • English