Études économiques
Croatie

Croatie

Population 4,0 millions
PIB par habitant 13 896 $US
A4
Evaluation des risques pays
A2
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 3,5 -8,1 8,0 5,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,8 0,0 2,3 2,0
Solde public / PIB (%) 0,3 -7,4 -4,1 -2,9
Solde courant / PIB (%) 2,8 -0,9 0,6 0,7
Dette publique / PIB (%) 71,1 87,3 82,8 79,6

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Un long littoral
  • Potentiel pétrolier et gazier
  • Le pays a rejoint le MCE II en 2020, avec la perspective de rejoindre la zone euro en 2023.
  • Soutien des fonds de l'UE
  • Infrastructures de haute qualité

POINTS FAIBLES

  • Dépendance vis-à-vis du tourisme (20% du PIB), qui a fortement souffert de la pandémie.
  • Dette privée et publique encore élevée
  • Lacunes institutionnelles : administration, santé et justice inefficaces ; chevauchement des niveaux administratifs, corruption
  • Procédure d'insolvabilité des entreprises longue et inefficace
  • Faible diversification industrielle / manque de compétitivité
  • Taux de chômage élevé chez les jeunes (20% en septembre 2021), faible participation des femmes.
  • Pénurie de main-d'œuvre alimentée par l'émigration de travailleurs qualifiés et le déclin de la population.

Appréciation du risque

Une reprise soutenue par une demande intérieure robuste

L'économie croate enregistrera un taux de croissance solide en 2022, bien qu'à un rythme plus lent qu'en 2021, l'effet de base s'estompant. La demande intérieure devrait rester robuste, la consommation des ménages et les investissements en actifs fixes contribuant à la croissance du PIB. La consommation privée sera soutenue par l'amélioration du marché du travail, l'épargne accumulée et la croissance des prêts à la consommation. Les dépenses des ménages et l'emploi bénéficient déjà de la forte reprise de l'industrie touristique croate (20% du PIB) en 2021. En effet, bien que celle-ci reste inférieure de 22% aux niveaux de 2019, le pays a enregistré une augmentation de 46% des nuitées de janvier à août 2021, par rapport à la même période de l'année dernière. Par conséquent, la saison estivale vitale a entraîné une baisse du taux de chômage, qui est passé de 8,6% à la mi-2020 à 7,3% en septembre 2021. La prochaine saison d'été 2022 devrait également être favorable à l'économie croate, d'autant que le gouvernement devrait continuer à ouvrir le pays aux touristes étrangers. La contribution des exportations nettes à la croissance du PIB devrait rester positive, bien que plus faible en raison de l'augmentation des importations à un rythme plus rapide que celui des exportations. Néanmoins, le risque de mesures de confinement ne doit pas être écarté pour 2022, car le taux de vaccination est en retard par rapport à la moyenne de l'UE (46% de la population croate entièrement vaccinée contre 66% pour la moyenne de l'UE en novembre 2021). En outre, l'accélération de la consommation des ménages pourrait être limitée par une poussée de l'inflation, qui a atteint son plus haut niveau depuis huit ans en septembre 2021, à 3,3% en glissement annuel. L'augmentation des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, ainsi que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement liées à la pandémies, ont entraîné une inflation croissante de la consommation. Si les pressions inflationnistes sont susceptibles de s'atténuer en 2022, ces effets continueront à se faire sentir dans les mois à venir.

 

Les investissements, et par conséquent la croissance économique, seront stimulés par l'afflux de fonds européens. Cela comprend à la fois les fonds « traditionnels » des cadres financiers pluriannuels, ainsi que le mécanisme de redressement et de résilience (RRF). En ce qui concerne ce dernier, la Commission européenne a approuvé en juillet 2021 une subvention de 6,3 milliards d'euros (12,8% du PIB de la Croatie en 2020) pour la période 2021-2026, la ayant reçu le premier versement (818 millions d'euros) de ce plan de relance en octobre 2021. Les projets financés comprennent la recherche et le développement de véhicules à conduite autonome, des investissements dans l'accès au haut débit – y compris l'infrastructure pour développer un réseau 5G, des projets d'efficacité énergétique et d'énergie renouvelable, ainsi que des initiatives de décarbonisation.

 

Amélioration des finances publiques dans le contexte de l'adoption prochaine de l'euro

Le déficit et la dette publics devraient diminuer en 2022, après une amélioration déjà enregistrée en 2021. La Croatie se concentre sur l'assainissement budgétaire afin de faciliter l'adoption de l'euro d'ici 2023. Par conséquent, il est probable que le déficit public passe sous la barre des 3% dès 2022. Les recettes, notamment la taxe sur la valeur ajoutée, devraient connaître une forte croissance grâce à la hausse de la consommation des ménages et des touristes. Les dépenses augmenteront au même rythme que la hausse des investissements publics cofinancés par le financement du FRR. Néanmoins, si la Croatie figure parmi les plus grands bénéficiaires nets de ces financements, l'efficacité des fonds européens dépendra en définitive de la capacité d'absorption du pays.

 

La balance des opérations courantes devrait rester légèrement excédentaire en 2022 après être devenue temporairement négative en 2020. Les exportations de marchandises suivront de près l'activité économique des principaux partenaires commerciaux de la Croatie, tandis que la croissance des exportations de services sera encore fortement soutenue par le secteur du tourisme. En effet, l'excédent de la balance des services continuera de compenser le déficit de la balance commerciale des marchandises résultant de la forte dépendance du pays vis-à-vis des importations.

 

Une stabilisation politique, mais des relations tendues avec son voisin

L'Union démocratique croate (HDZ) a remporté les élections législatives de juillet 2020. Elle a formé une coalition gouvernementale avec deux partis libéraux – à savoir le Parti populaire croate (HNS) et les réformistes – et le soutien de huit députés issus de minorités ethniques. La coalition dispose d'une majorité d'un seul membre au sein du Hrvatski Sabor (parlement), qui compte 151 sièges. Avant cela, lors de l'élection présidentielle de janvier 2020, l'ancien premier ministre et candidat de centre-gauche Zoran Milanovic avait battu la conservatrice sortante, Kolinda Grabar-Kitarovic, en obtenant 52,7% des voix. Le parti d'opposition social-démocrate (SDP) avait soutenu M. Milanovic. Au niveau international, les relations avec la Bosnie-Herzégovine sont tendues sur un certain nombre de questions politiques et géostratégiques, comme le pont de Peljesac. Les travaux de ce dernier, qui enjambera l'accès maritime de la Bosnie pour assurer une liaison routière entre le nord et le sud du littoral croate, se poursuivent et son ouverture est prévue en 2022. Néanmoins, les liens économiques entre les deux nations restent forts, avec des volumes d'échanges élevés, la Croatie étant le deuxième investisseur étranger en Bosnie-Herzégovine.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • Nederlands
  • Français
  • English