Études économiques
Lettonie

Lettonie

Population 1,9 Million
PIB par habitant 20 546 $US
A4
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 (e) 2023 (f)
Croissance PIB (%) -2,2 3,9 1,9 0,2
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,2 3,3 17,4 14,7
Solde public / PIB (%) -4,3 -7,0 -7,4 -3,5
Solde courant / PIB (%) 2,6 -4,2 -6,0 -6,3
Dette publique / PIB (%) 41,9 43,6 43,9 44,7

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Membre de la zone euro (2014) et de l'OCDE (2016)
  • Système financier national dominé par les banques suédoises (47 % de tous les actifs).
  • Efforts pour améliorer la réglementation du système financier offshore.
  • Niveau élevé de numérisation

POINTS FAIBLES

  • La Russie était un partenaire commercial important, la Lettonie étant un point de transit entre l'UE et la Russie (littoral et ports).
  • A l'exception des Baltes, liaisons terrestres insuffisantes avec le reste de l'Union européenne
  • Population active en déclin (faible taux de natalité, émigration) et chômage structurel élevé.
  • Fiscalité élevée sur le travail, qui frappe les personnes à bas salaires et encourage la sous-déclaration.
  • Richesse concentrée dans la capitale, forte inégalité des revenus

Appréciation du risque

Les perspectives économiques de la Lettonie assombries par les sanctions contre la Russie et le Belarus

En 2022, la guerre en Ukraine a mis un terme à la tendance à la croissance de l'économie lettone. En raison de la proximité géographique, la Russie était le quatrième partenaire d'importation et le cinquième partenaire d'exportation de la Lettonie pour le commerce de marchandises. Avec son partenaire commercial plus petit, le Belarus, elle représentait 11,5 % de toutes les importations de marchandises lettones et 9,4 % de toutes les exportations avant la guerre. Les sanctions actuelles de l'UE affectent principalement le secteur des machines (qui représente 16% des exportations lettones), qui était jusqu'à récemment très dépendant de l'acier et du fer russes, et qui doit maintenant compter sur d'autres sources plus coûteuses. Les problèmes liés à la fourniture d'intrants en provenance de Russie, qui sont soit interrompus par l'UE, soit soumis à des contre-sanctions, concernent également l'industrie pharmaceutique (dont le chiffre d'affaires a chuté de 30 %) ainsi que l'agriculture et l'industrie du bois, les importations d'engrais et de bois ayant diminué de moitié au cours de l'été 2022. L'ensemble de l'économie est fortement impacté par le prix élevé de l'énergie et l'incertitude quant à l'approvisionnement énergétique, la Lettonie ayant constamment réduit ses importations en provenance de Russie (à la mi-2022, elles représentaient encore 31% de la consommation énergétique lettone). À partir de janvier 2023, le gaz russe sera au moins interdit dans le pays. Toutes les entreprises souffrent du niveau élevé des prix des intrants, ainsi que de la perte des marchés d'exportation. Les exportations vers l'UE devraient être plus faibles en raison d’un fort ralentissement attendu en Europe occidentale, même si une partie de cette baisse sera compensée par une augmentation des exportations de bois en raison des sanctions de l'UE sur les importations de bois en provenance du Belarus. La consommation des ménages souffrira également de la forte hausse des prix, qui, avec environ 2 % à l'automne 2022, a atteint son niveau le plus élevé depuis l'indépendance de la Lettonie. Si le taux d'inflation devrait diminuer en 2023, grâce à une tension sur les prix plus faible qu'en 2022, la progression du pouvoir d'achat restera faible, même si les salaires sont en partie adaptés au niveau plus élevé des prix au début de 2023. En conséquence, l'activité de l'économie lettone a fortement diminué à l'automne 2022 et sera probablement en difficulté durant l'hiver et le début du printemps 2023, avant de se redresser légèrement. Le gouvernement devrait amortir une partie de cette tendance récessive en augmentant les dépenses par le biais de programmes destinés à faire face aux prix élevés de l'énergie (1,06 milliard d'euros, 3,1 % du PIB) entre 2022 et la fin du printemps 2023, ainsi qu'aux réfugiés ukrainiens, dont le nombre a atteint 35 000, soit 2 % de la population lettone. En outre, le Fonds de relance de l'UE (NextGenerationEU) réserve 1,8 milliard d'euros de subventions (5,3 % du PIB) à la Lettonie entre 2021 et 2026, principalement pour des investissements dans les infrastructures. En ce qui concerne la politique monétaire, la BCE réagit résolument à l'inflation élevée et a déjà relevé ses taux d'intérêt de 250 points de base à 2,5 % pour le taux de refinancement principal jusqu'à la fin de 2022. D'autres hausses de taux sont dans le pipeline jusqu'à 3,50 à 4,0% à la fin de 2023. En outre, à partir de mars 2023, le bilan de la BCE sera réduit de 15 milliards d'euros par mois. d'euros par mois. À partir de la fin du deuxième trimestre, cette réduction mensuelle sera augmentée. Ces nouvelles mesures restrictives réduiront la marge de manœuvre financière des entreprises et des ménages. La seconde portera explicitement préjudice au secteur de la construction. La reprise économique au second semestre 2023 s'en trouvera réduite.

 

Réduction du déficit public malgré le soutien budgétaire

L'année 2023 sera à nouveau marquée par un déficit notable, qui devrait toutefois diminuer de moitié par rapport à l'année dernière. Cela s'explique notamment par le fait que les dépenses en 2023 devraient être nettement moins élevées, car les paiements de soutien liés à la pandémie ont pris fin en 2022, tandis que les mesures visant à faire face au prix élevé de l'énergie, voire à ajouter des liquidités financières pour soutenir les réfugiés ukrainiens, sont au total moins importantes et ne sont actuellement prévues que jusqu'à la fin du printemps 2023. La dette publique devrait augmenter, mais rester à un niveau raisonnable.
Le déficit de la balance courante devrait se creuser en 2023 pour atteindre son plus haut niveau depuis 2008. La principale raison en est l'augmentation des coûts du commerce due au réaménagement des flux commerciaux. Cela entraînera une hausse des prix à l'importation et une baisse des exportations. Bien que le secteur du tourisme letton (10 % du PIB avant la pandémie) se soit déjà nettement redressé en 2022, l'excédent de la balance des services ne devrait pas se prolonger en 2023. La dette extérieure a atteint 108 % du PIB en raison des déficits élevés des comptes courants au début des années 2000.

 

Le système de partis letton est bouleversé par les élections d'octobre 2022

Les élections générales d'octobre 2022 ont bouleversé le paysage politique letton. Sur les sept partis entrés au parlement, trois ont été entièrement nouvellement créés, tandis que le parti ayant obtenu la plus grande part de voix en 2018, le parti de la minorité russe locale (représentant 25,4% de la population), n'a pas réussi à entrer au parlement.

 

Dernière mise à jour : Février 2023

Haut de page
  • Nederlands
  • Français
  • English