Études économiques
Tunisie

Tunisie

Population 11,9 millions
PIB par habitant 3 295 $US
C
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 1,0 -9,2 3,0 3,3
Inflation (moyenne annuelle, %) 6,7 5,6 5,7 6,5
Solde public / PIB (%) -3,9 -9,8 -8,3 -7,6
Solde courant / PIB (%) -8,4 -6,8 -7,3 -8,4
Dette publique / PIB (%) 74,2 89,7 90,2 92,7

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Soutien des bailleurs de fonds internationaux, multilatéraux, européens et arabes
  • Économie en voie de diversification
  • Proximité du marché européen et accord d'association avec l'UE
  • Potentiel touristique
  • Ressources naturelles (phosphates et hydrocarbures notamment)

POINTS FAIBLES

  • Fortes inégalités sociales et géographiques, chômage élevé - en particulier chez les jeunes (41%), entraînant une augmentation des troubles sociaux et des manifestations.
  • Économie fortement impactée par le COVID-19 et la crise politique
  • Fragmentation de la représentation politique reflétant celle de la société
  • Tourisme confronté à des problèmes de sécurité, à une concurrence étrangère accrue, à un manque d'investissement et à une faible diversification de l'offre et des thèmes

Appréciation du risque

La "success story" du printemps arabe en risque de recul de la démocratie

En s'appuyant sur une lecture très controversée de la Constitution de 2014, le président Kaïs Saïed, élu en octobre 2019, a suspendu l'activité du Parlement fin juillet 2021, limogé le premier ministre Hichem Mechichi et son gouvernement, et a pris le pouvoir exécutif. Cette décision constituait une réponse aux troubles sociaux, à l'impasse politique et aux querelles entre le président, le premier ministre et le Parlement. L'Assemblée des représentants du peuple était profondément fragmentée, avec une opposition entre les laïcs et les religieux (représentés par Ennahdha, le parti islamiste conservateur, qui détient 52 sièges sur 217). En septembre 2021, Saïed a suspendu la majeure partie de la constitution et a déclaré qu'il gouvernerait par décret, puis a nommé un cabinet de technocrates en octobre. Bien que l'on s'attende à ce que le Parlement soit finalement autorisé à se réunir à nouveau, M. Saïed tentera probablement de saper son pouvoir. Même s'il ne peut pas modifier la Constitution sans une majorité parlementaire des deux tiers, le président prévoit de mener un référendum constitutionnel en juillet 2022. En outre, il cherchera à capitaliser sa forte popularité en déclenchant des élections anticipées en décembre 2022.L'impasse politique et constitutionnelle risque de retarder ou d'affaiblir les réformes structurelles des entreprises d'État coûteuses et endettées. Le climat des affaires est en outre entravé par des grèves fréquentes. 

 

Entre la pandémie et la crise politique, les possibilités de reprise sont limitées

Les crises sanitaire et politique, associées à l'agitation sociale, continuent d'affecter l'économie. Bien que le pays ait commencé à se redresser, la convergence vers un niveau de production pré-pandémie sera fortement limitée par la lenteur du déploiement des vaccins, la crise politique en cours et la menace sous-jacente de troubles sociaux. Ces incertitudes, ainsi qu'un taux de chômage encore élevé (16% prévu en 2022), devraient saper la confiance des consommateurs et peser sur la contribution de la consommation des ménages (75% du PIB). L'effet défavorable de ce climat d’incertitude est encore plus fort pour l'investissement, car les entreprises adopteront probablement une attitude attentiste jusqu'à la résolution de la  situation politique et la conclusion d’un accord avec le FMI.  L'investissement public sera limité par la nécessité de maintenir les dépenses budgétaires sous contrôle. Le secteur bancaire fragile ne sera pas en mesure de soutenir l'économie réelle en cas de choc défavorable, ce qui constitue un risque supplémentaire pour les perspectives d'investissement. Le redressement du secteur services (50% du PIB) sera conditionné par l'avancement de la vaccination.  L'activité touristique ne devrait pas retrouver son niveau d'avant la pandémie avant 2024. L'industrie manufacturière (16% du PIB) est relativement bien diversifiée (hydrocarbures, produits chimiques, phosphates, électronique de base, pièces automobiles et aéronautiques) et devrait bénéficier de la reprise de la demande extérieure, notamment européenne. Les producteurs d'huile d'olive (l'un des rares secteurs à ne pas avoir souffert de la crise) ont bénéficié de l'envolée des prix des matières premières et devraient continuer de prospérer. Malgré l'augmentation de la facture des importations d'énergie, la hausse des exportations et la faiblesse des importations due à la faiblesse de la demande intérieure permettront de réduire la contribution négative des exportations nettes.

 

Sans le soutien du FMI, une crise financière n'est pas à exclure

La Tunisie a reçu des aides de l'UE à la mi-2021 (300 millions d'euros) et de la Banque Africaine de Développement (60 millions d'euros) pour la relance économique et l'intégration sociale. Cela a permis de compenser en partie l'amortissement des prêts arrivant à échéance et la pression sur les réserves de change, qui s'élèvent encore à environ 4 mois d'importations. Cependant, la crise politique actuelle met à rude épreuve les relations avec les principaux bailleurs de fonds étrangers. Le principal d'entre eux est le FMI : sans une nouvelle facilité de crédit élargie, il est peu probable que les besoins de financement à court terme soient couverts, ce qui fait peser une menace sérieuse de restructuration ou de défaut de paiement. Néanmoins, un accord peut être conclu si le gouvernement prend les engagements budgétaires nécessaires. Même s’il est encore élevé, le déficit budgétaire devrait se réduire à mesure que les recettes augmentent (modestement) et que les dépenses d'investissement et courantes diminuent. Bien que la part de la dette en devises étrangères soit élevée (56% en euros), environ 70% de celle-ci est détenue par des créanciers multilatéraux et bilatéraux. En outre, le ratio d'endettement sera vulnérable à la dépréciation de la monnaie. La dette extérieure (plus de 90% du PIB) devrait rester élevée et la plus grande partie de la dette (80%) continuera d'être une dette publique ou garantie par l'État. Le dinar est resté stable ces dernières années, mais l'incapacité à honorer ses obligations de remboursement pourrait déclencher une fuite des capitaux et une crise monétaire.

 
La modeste reprise du tourisme contribuera à améliorer la balance des services, mais elle sera plus que compensée par une détérioration de la balance des biens due à la hausse des prix à l'importation (énergie en particulier). Par conséquent, et malgré les contributions positives des comptes de revenus et de transferts courants, le déficit de la balance des transactions courantes se creusera. La non-résolution de la crise politique se traduira par une baisse des IDE, ce qui accentuera la pression sur le dinar et sur les réserves de change.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • Nederlands
  • Français
  • English