Études économiques
Uruguay

Uruguay

Population 3,5 millions
PIB par habitant 16 735 $US
A4
Evaluation des risques pays
A3
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 (e) 2023 (f)
Croissance PIB (%) -6,1 4,4 5,2 2,5
Inflation (moyenne annuelle, %) 9,8 7,8 9,1 8,0
Solde public / PIB (%) -5,7 -4,1 -3,2 -3,0
Solde courant / PIB (%) -0,8 -1,8 -2,0 -0,2
Dette publique / PIB (%) 68,3 65,1 61,2 60,0

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Ressources agricoles et forestières abondantes
  • Homogénéité sociale (couverture sanitaire universelle, éducation gratuite) et stabilité institutionnelle
  • Politique de réforme active (environnement des affaires, finances publiques, couverture sociale)
  • Importants investissements directs étrangers
  • Membre du Mercosur, relations commerciales préférentielles avec l'UE et les États-Unis.

POINTS FAIBLES

  • Vulnérabilité aux prix des produits de base (soja, bœuf, produits laitiers, bois, riz)
  • Dépendance à l'égard des conditions économiques argentines, brésiliennes (tourisme) et chinoises (matières premières).
  • Infrastructures de transport inadéquates
  • Compétitivité réduite en raison de l'inflation élevée et de la rigidité du marché
  • Dette publique (atténuée par une échéance plus longue et une dénomination en dollars de moins en moins importante)

Appréciation du risque

L'activité se refroidit en 2023

Après avoir retrouvé son niveau d'avant COVID-19 en 2022, le PIB devrait voir sa croissance s'essouffler en 2023. La consommation des ménages  devrait tirer l'activité, les tensions inflationnistes s'apaisant quelque peu en cours d'année et le marché de l'emploi restant relativement solide, notamment dans un contexte de rebond progressif du tourisme toujours en cours. Ce secteur est un pilier de l'économie et représentait 16,4% du PIB et 16,3% de l'emploi en 2019, avant le choc COVID-19. Toutefois, l'affaiblissement de l'activité chez les voisins brésiliens et argentins pourrait quelque peu réfréner l'élan touristique du pays. Parallèlement, les ventes à l'étranger devraient commencer à porter les fruits de la nouvelle usine UPM (contribuant à développer les exportations liées à la pâte à papier). En outre, l'expansion des exportations traditionnelles (qui comprennent la viande bovine, le soja, les produits laitiers, le riz et les produits du bois) ralentira par rapport aux bons résultats enregistrés en 2021 et 2022, en raison du ralentissement de la croissance de ses principaux partenaires commerciaux (Chine, Brésil et Union européenne) et dans l'hypothèse d'un certain fléchissement des prix des produits agricoles de base en 2023. En outre, pour la troisième année consécutive, La Niña représente un risque de baisse de la récolte 2022/2023. Enfin, la croissance de l'investissement fixe brut devrait s'essouffler, en raison de la hausse des coûts d'emprunt mondiaux et de l'achèvement de grands projets, tels que la construction de l'usine de pâte à papier UPM et la réhabilitation du chemin de fer FerrocarrilCentral (tous deux prévus pour le premier trimestre 2023). Les investissements devraient être principalement orientés vers les industries liées aux exportations, les énergies renouvelables (qui fournissent actuellement plus de 90 % du réseau électrique du pays, hydroélectricité comprise) et l'amélioration des infrastructures routières.

 

Le déficit de la balance courante restera bénin, l'assainissement budgétaire étant peu avancé

Le déficit de la balance courante continuera de se réduire en 2023. Le ralentissement de la demande intérieure et la baisse relative attendue des prix des matières premières énergétiques devraient contribuer à une hausse plus modérée des importations. Ce mouvement devrait dépasser l'affaiblissement de la croissance des exportations. En outre, la balance des services, qui est redevenue excédentaire en 2022, continuera de s'améliorer en 2023, grâce à la baisse des coûts de fret et au rebond des revenus des voyages. Enfin, le moindre rapatriement des bénéfices des entreprises étrangères contribuera également à réduire le déficit des revenus primaires. En outre, en août 2022, les réserves de devises étrangères s'élevaient à 15,9 milliards de dollars, couvrant environ 14 mois d'importations. Enfin, la dette extérieure totale au deuxième trimestre 2022 s'élevait à 80 % du PIB, la part du secteur public consolidé représentant 45 % de celle-ci.

En ce qui concerne le compte public, le déficit budgétaire devrait rester globalement stable en 2023. La croissance plus modérée de l'activité limitera l'expansion des recettes fiscales, tandis que les efforts d'assainissement budgétaire du gouvernement pourraient être quelque peu dilués par l'opposition politique et syndicale. En outre, le gouvernement continue de compter sur l'un des coûts d'emprunt les plus bas d'Amérique latine. Si la dette publique est importante et a augmenté en raison de la crise, les autorités ont progressivement augmenté sa part libellée en monnaie locale (52,9 % au T2 2022, contre à peine 11,5 % en 2005) et allongé sa maturité moyenne, réduisant ainsi sa vulnérabilité.

 

Le président Lacalle Pou tente d'appliquer son programme réformiste, dans un contexte de soutien populaire décent (bien qu'en baisse).

Luis Lacalle Pou, du Partido Nacional (PN) de centre-droit, qui a pris ses fonctions en mars 2020, ne dispose pas d'une majorité absolue à l'Assemblée générale bicamérale. Cependant, grâce à une coalition "arc-en-ciel" comprenant le PN et quatre autres partis allant du centre-droit (Partido Independiente) à l'extrême droite (Cabildo Abierto), le pouvoir en place compte avec une majorité simple législative. En outre, un référendum organisé par l'opposition en mars 2022 a rejeté la proposition d'abrogation de 135 articles de la loi sur les considérations urgentes (LUC), ce qui représente une victoire pour le pouvoir en place. La LUC, promulguée en juillet 2020, est considérée comme un pilier central du programme gouvernemental. Elle englobe le durcissement des peines pour les crimes, la restriction du droit de grève, la réforme de l'éducation, la mise en œuvre de contraintes fiscales et l'augmentation du rôle du secteur privé. En outre, en juillet 2022, un projet de loi sur la réforme des retraites a été présenté, qui vise à regrouper les multiples régimes de retraite actuels en un système unique et à relever progressivement l'âge de la retraite (de 60 à 65 ans). D'une manière générale, Lacalle Pou a conservé un taux d'approbation convenable (47 % en août 2022), bien qu'en baisse. La hausse de l'inflation au cours de l'année 2022 (érosion du pouvoir d'achat), par exemple, a contribué à des protestations occasionnelles depuis juin 2022. En outre, sa popularité pourrait également être affectée par l'arrestation de sa sécurité personnelle fin septembre 2022 pour sa participation présumée à un système visant à aider des Russes à obtenir illégalement des passeports uruguayens. Enfin, en ce qui concerne la politique de commerce extérieur, M. Lacalle Pou a défendu la possibilité pour les pays du Mercosur de négocier des accords de libre-échange séparément des autres membres du bloc. En juillet 2022, le pays a annoncé qu'il allait lancer des négociations commerciales officielles avec la Chine.

 

Dernière mise à jour : Février 2023

Haut de page
  • Nederlands
  • Français
  • English